CCNUCC : Intensifier l’action climatique mondiale peut combler l’écart d’émissions

Deux publications clés de la CCNUCC publiées aujourd’hui soulignent que le succès de la lutte contre la crise climatique mondiale est possible, mais seulement si les actions des secteurs public et privé sont rapidement intensifiés.

Les rapports:

Le Rapport de synthèse du Dialogue Talanoa et l’Annuaire 2018 de l’Action mondiale pour le climat prennent le pouls de la situation mondiale sur le chemin qui mène à la neutralité carbone totale d’ici le milieu du siècle. Le Rapport de synthèse a été préparé à partir des contributions au Portail Talanoa – lancé le 10 janvier 2018 – qui a reçu au total 471 contributions durant l’année, notamment le Rapport spécial du GIEC sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5°C. Il s’inspire également d’histoires qui ont été présentées par des représentants gouvernementaux et non gouvernementaux lors des réunions intersessions sur les changements climatiques qui ont eu lieu en mai 2018.

L’Annuaire de l’action mondiale pour le climat tient compte de quelque 9 000 engagements – touchant des villes, des régions, des entreprises, des investisseurs et la société civile – auxquels participent 128 pays (16 % de la population mondiale), environ 240 États et régions et plus de 6 000 entreprises dans 120 pays représentant une activité économique de 36 000 milliards de dollars.

Tomasz Chruszczow, Envoyé spécial pour le changement climatique et champion polonais de haut niveau pour le climat, a déclaré: « L’action mondiale pour le climat reste la meilleure réponse aux défis du changement climatique. L’Annuaire 2018 indique la façon dont l’action peut donner des résultats sur les Contributions déterminées au niveau national (CDN) existantes, sur l’adaptation, l’atténuation, le renforcement des capacités, etc. Chaque initiative, programme ou action en rapport avec le climat, contribue à jeter des bases solides pour un avenir climatiquement neutre, pacifié, résilient et durable pour tous. Les Parties et les entités non-Parties agissent ensemble et prouvent que la coopération peut conduire à davantage de réductions d’émissions, à une mise en œuvre plus rapide des CDN existantes et au renforcement de la capacité des écosystèmes à stocker le carbone atmosphérique, tandis que les conditions de vie s’améliorent, les économies se développent et les nations se rapprochent de tous les objectifs de l’Accord de Paris d’une manière accélérée. Les exemples de l’Annuaire de cette année inspireront certainement des actions plus ambitieuses de la part des gouvernements et des groupes concernés. Répondre aux menaces liées au changement climatique est une opportunité que personne ne peut se permettre de manquer. »

L’ensemble de ces publications montre que l’action climatique mondiale peut combler le fossé qui sépare les pays des objectifs de l’Accord de Paris: limiter le réchauffement planétaire moyen à 2°C et s’efforcer d’atteindre la limite plus sûre de 1,5°C.

Toutefois, les rapports indiquent aussi clairement que tous les acteurs – gouvernementaux et non gouvernementaux, publics et privés – doivent d’urgence accélérer le rythme de l’action si l’on veut que le monde atteigne les objectifs de l’Accord de Paris et évite les pires effets du changement climatique.

Selon les principales conclusions du Rapport de synthèse, la réalité est que, malgré les efforts actuels, les émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique sont toujours en hausse.

Le Rapport décrit également comment ces changements atmosphériques ont déjà des effets dévastateurs, citant un total de 11 000 événements météorologiques extrêmes entre 1997 et 2016, qui ont entraîné environ 524 000 décès et des billions de dollars d’occasions perdues en matière de développement économique.

Les publications sont austères, mais elles pointent les solutions qui peuvent conduire de manière exponentielle à la transition vers une économie sobre en carbone. C’est-à-dire, si les acteurs mondiaux adhèrent strictement au processus de l’Accord de Paris et à ses principes.

Le thème de « l’exponentialité » occupe une place de premier plan de l’Annuaire de l’action mondiale pour le climat, qui indique que si les pays mettaient pleinement en œuvre leurs contributions déterminées au niveau national dans le cadre de l’Accord de Paris, et si les initiatives concertées devaient respecter leurs engagements, les émissions mondiales en 2030 seraient dans une fourchette conforme à la trajectoire à long terme pour atteindre l’objectif fixé par l’Accord, soit bien au-dessous de 2°C.

De même, le Rapport de synthèse, qui met l’accent sur les moyens d’accroître l’ambition, souligne un « potentiel inexploité » qui, s’il l’était correctement, pourrait générer des gains économiques de 26 000 milliards de dollars et 65 millions d’emplois dans les énergies propres.

Inia Seruiratu, Ministre de l’agriculture, du développement rural et maritime, de la gestion nationale des catastrophes et des services météorologiques, et champion fidjien de haut niveau pour le climat, a pour sa part déclaré: « Cette année, l’ensemble du processus Talanoa – tel qu’il ressort du Rapport de synthèse – montre comment nous pouvons mettre en place des approches globales et des schémas directeurs dans tous les secteurs économiques et dans le milieu naturel. Avec les bons schémas directeurs, les CDN pourraient non seulement s’occuper de l’atténuation, mais aussi de l’adaptation, de la résilience aux catastrophes et de l’utilisation efficace des ressources. Surtout, l’engagement des non-Parties sera essentiel à la réalisation de tous ces objectifs. »

Fait significatif, ces rapports sont publiés à peine deux semaines avant que les gouvernements ne se réunissent pour le sommet mondial sur le climat en Pologne (la COP 24), où ils sont censés achever la mise en œuvre des lignes directrices de l’Accord de Paris, connu sous le nom de Programme de travail. Un Programme de travail finalisé dans le cadre de l’Accord de Paris a le potentiel de déclencher des actes concrets de la part de l’ensemble de la communauté de l’action climatique mondiale, correspondant à une trajectoire d’1,5°C.

 

Le rapport complet peut être lu ici: http://talanoadialogue.com

L’Annuaire complet peut être consulté ici

Rédaction
A propos Rédaction 2896 Articles
LEVERT.MA est un journal électronique marocain dont l’activité principale est la communication sur l’environnement et le développement durable avec un ancrage local et des perspectives mondiales...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.