Changement climatique : 10 villes qui pourraient disparaître si rien n’est fait !

Si rien n’est fait, le réchauffement climatique aura des conséquences dramatiques sur notre planète. Voici 10 villes qui pourraient disparaître.

1. San Francisco (États-Unis)

La Californie est l’un des États des États-Unis les plus exposés aux risques du réchauffement climatique. Et la ville de San Francisco est même considérée comme « un cauchemar » en raison de sa situation géographique. Située à la pointe d’une péninsule, la ville est exposée de tous les côtés à la montée des eaux. Si les prédictions catastrophiques des scientifiques se réalisent dans le futur, des centaines de milliers d’habitants seraient exposés rapidement à la montée des eaux et devraient abandonner leurs maisons.

2. Venise (Italie)

Les risques encourus par Venise sont connus depuis des années et sont régulièrement soulignés. « Profitez de Venise, ses gondoles et ses canaux tant que c’est encore possible », rappellent souvent les médias. Car oui, l’une des destinations les plus connues et prisées des touristes est en danger et va disparaître, c’est acté.

« La question n’est pas de savoir si cela arrivera, mais simplement quand », selon l’Unesco.

La ville a engagé des sommes considérables dans le projet MOSE (acronyme italien de « Module Expérimental Electromécanique »), pour se mettre à l’abri de cette montée des eaux grâce à un système de 79 digues.

3. Bangkok (Thaïlande)

Pour la Banque mondiale, Bangkok (qui compte plus de 10 millions d’habitants) est l’une des mégalopoles les plus à risque face au réchauffement climatique. La ville a été bâtie à 1,50 mètre à peine au-dessus du niveau de la mer, en zone marécageuse, et s’enfonce lentement dans le sol à cause de ses gratte-ciel et de l’épuisement de ses nappes phréatiques. Des mesures ont été prises, mais elles n’ont pas stoppé cet « enfoncement » dans le sol, le ralentissant seulement pour le réduire à quelques centimètres par an.

4. Tombouctou (Mali)

Tombouctou est confronté à une autre conséquence du réchauffement climatique: l’avancée du désert. Ce problème est pointé du doigt depuis des années, et les résultats des décisions prises lors des différents sommets sur le climat tardent à être visibles. Le désert gagnerait 6 centimètres par an actuellement.

5. Amsterdam (Pays-Bas)

En cause encore une fois, la montée des eaux. Sauf que la ville n’a pas l’intention de se laisser engloutir sans tenter d’agir. Au Amsterdam Metropolitan Solutions, un institut qui cherche des solutions aux problèmes urbains, de nombreux dossiers concernent la lutte contre les effets du réchauffement climatique (comme la création d’un dispositif d’alerte par exemple). La plus grande digue du pays, longue de 32 km et située au nord d’Amsterdam, va aussi être rehaussée et renforcée, pour se préparer au mieux à la montée des eaux.

6. Miami (États-Unis)

Parmi les idées à l’étude pour mettre à l’abri la ville face à ce danger, il y a le rehaussement des routes, voire même l’abandon de certains quartiers « condamnés » face à l’augmentation du niveau de la mer. Mais le temps presse…

7. Alexandrie (Égypte)

Un rapport du GIEC, cité par le Guardian, explique que les plages d’Alexandrie seront inondées même si la montée des eaux parvient à être limitée à 0,5 m. Cela pousserait 8 millions de personnes à migrer. Et les conséquences seraient plus dramatiques si les températures augmentent de 3 degrés d’ici 2100 comme on le craint.

8. Rio de Janeiro (Brésil)

Montée des eaux, inondations, vagues de chaleur et glissements de terrains sont autant de risques encourus. Si la hausse des températures atteint les 3 degrés d’ici 2100, de nombreuses parties de la ville brésilienne seraient englouties par les eaux, notamment la célèbre plage de Copacabana, l’aéroport, ou encore des zones où ont eu lieu les Jeux olympiques en 2016.

9. Shanghai (Chine)

Une montée des eaux pourrait entraîner le déplacement de près de 17,5 millions de personnes à Shanghai. Un chiffre qui donne le tournis. Une grande partie de la ville pourrait se retrouver sous l’eau si les températures augmentent de 3 degrés d’ici 2100, avec comme conséquence directe une montée du niveau des océans partout dans le monde.

10. Malé (Maldives)

Les Maldives avaient tiré le signal d’alarme dès 2009, alors que leur président récemment élu avait annoncé la création d’un fonds souverain destiné à acheter des terres dans les États voisins afin d’accueillir à terme les habitants des Maldives, dont les îles étaient vouées à disparaître. Un acte fort, afin de sensibiliser l’opinion internationale. Sauf que près de 10 ans plus tard, ce paradis touristique est toujours menacé et pourrait disparaître d’ici un siècle ou deux, voire même plus tôt:

A propos AS Zineb 398 Articles
Journaliste du journal électronique LeVert.ma

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.