La Chine promet d’appliquer l’accord de Paris « chèrement gagné »

Le président Chinois M. Xi Jinping
Le président Chinois M. Xi Jinping

La Chine, premier pollueur mondial, a promis vendredi d’appliquer l’accord de Paris sur le climat, au lendemain du retrait des Etats-Unis annoncé par le président Donald Trump.

« Nous pensons que l’accord de Paris reflète l’agrément le plus large de la communauté internationale autour de la question du changement climatique. Les parties prenantes doivent chérir ce résultat chèrement gagné », a déclaré devant la presse la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Les Etats-Unis désormais isolés sur la scène internationale après leur retrait de l’accord de Paris sur le climat, l’UE et la Chine se sont aussitôt affichées comme les nouveaux porteurs de flambeau de la diplomatie climatique.

Les réactions ont fusé des quatre coins de la planète – dans la sphère politique mais aussi économique – entre stupeur, colère et effarement, mais aussi détermination à poursuivre l’effort collectif promis à Paris.

Dès l’ouverture d’un sommet entre l’UE et la Chine vendredi matin à Bruxelles, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker dessiné les contours d’un nouveau moteur pour la « diplomatie climat ».

« Notre partenariat aujourd’hui est plus important que jamais », a assuré M. Juncker. Et la lutte contre le changement climatique, « plus importante aujourd’hui qu’hier », a lancé le chef de l’exécutif européen en guise d’introduction.

Aux côtés de la Chine, l’engagement des Etats-Unis de Barack Obama avaient largement participé à la réussite de l’accord de Paris, signé en décembre 2015 par plus de 190 pays et qui vise à contenir la hausse de la température moyenne mondiale « bien en deçà » de 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle.

Washington, deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre après la Chine, se retrouve désormais isolé dans le dossier climatique: seuls la Syrie et le Nicaragua n’avaient pas rejoint la coalition mondiale.

L’UE s’est dite prête à porter le flambeau, « à montrer la voie », selon l’expression du commissaire européen à l’Action pour le climat et négociateur à Paris, Miguel Arias Canete.

La Chine de son côté est prête à « chérir le résultat chèrement gagné » à Paris, et à prendre des mesures concrètes pour permettre la mise en oeuvre de l’accord.

Une déclaration conjointe de l’UE et de la Chine était attendue en ce sens vers la mi-journée.

Selon un projet de déclaration commune rédigé avant même le retrait officiel américain, et que l’AFP a pu consulter, les deux parties s’apprêtent à « confirmer leurs engagements » pris à Paris et à « accélérer leur coopération pour améliorer la mise en oeuvre » de l’accord.

Plus déterminés que jamais

Jeudi, après avoir longtemps entretenu le suspense, Donald Trump a annoncé que « l’heure (était) venue » pour son pays de quitter l’accord de Paris, depuis les jardins de la Maison Blanche, dans un long discours – parfois confus.

AFP

Rédaction
A propos Rédaction 2224 Articles
LEVERT.MA est un journal électronique marocain dont l’activité principale est la communication sur l’environnement et le développement durable avec un ancrage local et des perspectives mondiales...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*