Fièvre jaune: des dizaines de singes massacrés à Rio

Fièvre jaune: des dizaines de singes massacrés à Rio
Fièvre jaune: des dizaines de singes massacrés à Rio

Considérés à tort comme les vecteurs du virus de la fièvre jaune, des dizaines de singes ont été massacrés ces dernières semaines dans l’État de Rio de Janeiro, alors qu’ils sont le meilleur rempart contre la maladie.

Depuis le début de l’année, 238 singes ont été retrouvés morts dans cet État du sud-est du Brésil, contre 602 pour toute l’année dernière, ont déploré les services sanitaires de la ville de Rio, qui ont lancé une campagne de sensibilisation de la population.

Sur ce total, 69% des singes ont présenté des signes d’agression humaine, la plupart ayant été tués à coups de bâton, d’autres empoisonnés. Les autres sont morts en général de maladie.

Tous sont examinés de près dans un laboratoire qui reçoit au quotidien les singes retrouvés morts dans l’État de Rio, pour évaluer la présence de virus, comme celui de la fièvre jaune.

La maladie ayant tué 25 personnes dans cet État depuis le début de l’année, la population s’est ruée vers les vaccins et certains se sont retournés contre les singes.

« Les gens doivent comprendre que c’est le moustique qui transmet le virus de la fièvre jaune. Le singe est une victime. Et s’il n’y a plus de singe dans la nature, les moustiques vont s’attaquer à l’Homme », a expliqué à l’AFP Fabiana Lucena, vétérinaire responsable de ce laboratoire.

Sur son plan de travail, une dizaine de petits singes morts sont alignés, prêts à être autopsiés.

Les singes arrivent au laboratoire après avoir été retrouvés morts par des habitants sur la voie publique, parfois en pleine ville.

Au laboratoire, chaque singe mort fait l’objet d’une autopsie et, dans certains cas, des fragments d’organes sont envoyés à la Fondation Osvaldo Cruz, centre renommé d’épidémiologie, où seront identifiés d’éventuels cas de maladies comme la fièvre jaune.

Une fois dûment examinés, les cadavres de primates sont incinérés dans un crématorium situé au sein même des installations des services sanitaires.

Des massacres de singes ont également été constatés dans d’autres régions du Brésil, notamment les États voisins de Sao Paulo et Minas Gerais, où ont été recensés le plus grand nombre de cas de fièvre jaune.

À Sao Paulo, une équipe de biologistes travaillant dans un parc de la ville a lancé sur les réseaux la campagne #Freemacaco après avoir recueilli deux bébés singes orphelins suite à la mort de leur mère, brutalement tuée à coups de bâtons.

Au niveau national, le dernier bilan du ministre de la Santé fait état de 353 personnes atteintes de fièvre jaune et 98 décès liés à la fièvre jaune, du 1er juillet au 6 février.

Avec AFP

Rédaction
A propos Rédaction 2671 Articles
LEVERT.MA est un journal électronique marocain dont l’activité principale est la communication sur l’environnement et le développement durable avec un ancrage local et des perspectives mondiales...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*