L’huile de palme, pose-t-elle vraiment des problèmes de santé ?

L'huile de palme, pose-t-elle vraiment des problèmes de santé ?
L'huile de palme, pose-t-elle vraiment des problèmes de santé ?

L’huile de palme, ou encore graisse de palme (solide à température ambiante) est une matière grasse extraite des fruits du palmier à huile. Sa (sur)production est accusée de provoquer une déforestation catastrophique, notamment en Indonésie, tandis que sa consommation pourrait conduire à de multiples problèmes de santé (maladies cardiovasculaires, maladie d’Alzheimer, cancer du sein, etc.).

La composition de l’huile de palme

L’huile de palme contient environ 50% d’acides gras saturés contre 7% pour l’huile de colza et 10% pour l’huile de tournesol.

Ces acides gras saturés sont :

  • L’acide palmitique (environ 44%), avec 16 atomes de carbone
  • L’acide stéarique (4 à 5%), avec 18 atomes de carbone
  • L’acide myristique (environ 1%), avec 14 atomes de carbone

Parmi les autres acides gras : l’acide oléique (36 à 38%), qui est celui qu’on trouve majoritairement dans l’huile d’olive, et l’acide linoléique (autour de 10%), un oméga-6 qu’on rencontre surtout dans les huiles tournesol et de maïs.

L’huile de palme contient donc surtout des acides gras saturés à longues chaînes, ceux qui sont soupçonnés de favoriser le risque cardiovasculaire.

Par comparaison, le beurre renferme également 55% d’acides gras saturés mais ce sont des acides gras saturés à courtes chaînes, considérés par certains chercheurs comme moins problématiques.

Pourquoi l’huile de palme est prisée des industriels ?

Sa richesse en acides gras saturés lui confère du moelleux, mais aussi plus de croustillant et une bonne résistance à la chaleur et à l’oxydation. Voilà pourquoi on la trouve dans de nombreux produits, d’autant que les industriels l’achètent à des prix bas. Mais la production d’huile de palme pèse sur l’environnement, en dépit des mesures prises par certains industriels.

Quelle est l’attitude à adopter ?

Préférer les produits qui contiennent des huiles d’olive, de colza, de tournesol… à ceux à base d’huile de palme. Surtout si celle-ci est hydrogénée, même partiellement, ce qui augmente la proportion d’acides gras saturés.

 Privilégier une assiette à base d’aliments non transformés ou faits maison, ou alors en associant un produit qui apporte de l’huile de palme avec un autre, non transformé, qui n’en contient donc pas.

Par exemple, on remplace le pain de mie par du vrai pain si on le consomme avec de la pâte à tartiner, les pommes de terre rissolées par des pommes vapeur si on les mange avec du poisson pané… »

On garde en tête que c’est l’équilibre général de l’alimentation qui compte et que des biscuits, même contenant de l’huile de palme, sont permis en quantités raisonnables, aux heures des repas et associés à d’autres aliments (yaourt, fruits…).

Rédaction
A propos Rédaction 2835 Articles
LEVERT.MA est un journal électronique marocain dont l’activité principale est la communication sur l’environnement et le développement durable avec un ancrage local et des perspectives mondiales...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.