La planification de la conférence climat de l’ONU COP23 est en cours

Les préparatifs de la conférence de l’ONU sur le changement climatique de Bonn prévue à la fin de l’année (COP23), du 6 au 17 novembre, sont en bonne voie pour permettre de fournir l’infrastructure et les conditions nécessaires à une réunion réussie. Cette réunion doit pouvoir jouer son rôle dans l’avancement des objectifs et des ambitions de L’Accord de Paris.

Les délégués travailleront dans des installations de pointe à la conférence et pourront profiter d’une gamme de services, d’expositions, de concerts et d’autres événements culturels que les citoyens de Bonn apprécieront aussi.

Le secrétariat de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), en tant qu’hôte de la conférence, collabore avec le gouvernement allemand, l’État de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, la ville de Bonn et la Présidence Fidjienne de la COP23 pour assurer une conférence dynamique et réussie.

S’exprimant lors du dernier jour de la conférence de l’ONU sur le changement climatique de mai à Bonn, en préparation à la COP23, la Secrétaire exécutive de la CCNUCC, Patricia Espinosa, a déclaré:

« Je tiens à remercier sincèrement la future présidence fidjienne pour son leadership, l’Allemagne pour son excellent appui, l’État de Rhénanie-du-Nord-Westphalie pour son soutien et la ville de Bonn pour ses efforts pour faire de la conférence un succès ».

« Nous sommes extrêmement honorés d’accueillir la COP23 et sommes déterminés à assurer des résultats forts et positifs qui intensifieront l’action climatique à travers le monde. Nous sommes également déterminés à rendre la conférence écologique, et d’en faire un endroit où l’atmosphère positive imprègne l’ensemble des négociations et des nombreux événements prévus », a-t-elle ajouté.

Le négociateur en chef de la présidence de la COP23, l’Ambassadrice Nazhat Shemeem Khan, a exprimé sa gratitude pour le soutien et les encouragements reçus dans le processus jusqu’à présent, y compris de la CCNUCC, du gouvernement allemand et de la présidence actuelle de la Conférence de l’ONU sur le changement climatique de Marrakech (COP22), tenue en novembre de l’année dernière.

« À la suite de nos consultations à la Conférence climat de l’ONU en mai à Bonn, il est clair que le désir de maintenir l’élan de la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le changement climatique est général. En collaboration avec nos partenaires, nous souhaitons exploiter cet enthousiasme collectif pour viser des objectifs ambitieux à la COP23 et au-delà », a-t-elle déclaré.

« Nous sommes particulièrement encouragés de voir que le concept de « talanoa », qui signifie contes et dialogues, a déjà commencé à s’installer dans les négociations et les consultations. Nous croyons véritablement que cette approche inclusive, respectueuse et participative conduira à une prise de décision qui fera avancer l’agenda climatique mondial », a-t-elle conclu.

Talanoa est un processus de dialogue inclusif, participatif et transparent qui installe un sentiment d’empathie et conduit à une prise de décision pour le bien collectif.

Le nom de l’une des deux principales zones de conférence sur le Rhin reflète la culture fidjienne.

Le campus de l’ONU climat

La « zone Bula » se composera du World Conference Centre, du campus de l’ONU et d’une prolongement de la zone derrière le bâtiment de la Deutsche Welle à Bonn. Le mot « Bula » provient de la culture fidjienne, signifie bonjour et exprime une bénédiction, un souhait de santé et de bonheur.

La « zone Bonn », qui sera située dans le parc de Bonn connu sous le nom de « Rheinaue », accueillera les événements relatifs à l’action climatique, dont des événements de haut niveau, des événements parallèles et des expositions organisés par la CCNUCC et le gouvernement allemand. La zone sera aussi l’occasion d’activités médiatiques et d’événements dans les pavillons des délégations.

Jochen Flasbarth, secrétaire d’État au ministère fédéral allemand de l’Environnement, a déclaré que son pays est honoré d’accueillir ou de soutenir trois conférences mondiales centrées sur le changement climatique: le Dialogue sur le climat de Petersberg, le Sommet du G20 et la COP23.

« En tant que président du G20, nous incitons à faire progresser la mise en œuvre de l’Accord de Paris et à se concentrer plus particulièrement sur la vulnérabilité des petits États insulaires en développement. Nous sommes ravis de soutenir les efforts de Fidji, tout premier État insulaire à occuper les fonctions de présidence de la COP, en tant qu’hôte technique de la COP23. Nous sommes heureux d’avoir l’occasion de présenter ce nouveau concept innovant à l’occasion d’une Conférence mondiale : une conférence, deux zones. Grâce à ce concept, nous soulignons l’importance de l’action climatique en amenant plusieurs acteurs non étatiques à venir compléter les négociations formelles ».

Bonn a déjà attiré en tout une vingtaine d’entités de l’ONU qui se rattachent toutes à la question de la durabilité. La ville a déjà de l’expérience dans l’organisation de telles réunions, bien qu’une conférence de cette amplitude soit une première. Le maire de Bonn, Ashok Sridharan, a déclaré:

« Bonn a été le lieu des Conférences des Nations Unies sur le changement climatique en 1999 et 2001, et Bonn est fière d’être le lieu d’une COP supplémentaire ». Cette fois, cependant, le défi est beaucoup plus important: le nombre attendu de participants sera plus élevé que tout ce que Bonn a vu jusqu’à présent. Pour nous, c’est une occasion fantastique: pendant deux semaines, le nom de Bonn figurera dans les titres du monde entier. Et n’oublions pas les retombées économiques d’une telle conférence. Ce sera en même temps un défi: nous ferons tout pour accueillir chaleureusement les délégués du monde entier ici dans la ville allemande des Nations Unies ».

« De plus, la conférence sera également une excellente occasion de démontrer que la Ville de Bonn prend les problèmes de durabilité et de protection du climat très au sérieux. Nous avons l’intention de communiquer avec nos citoyens locaux et de sensibiliser aux sujets de la conférence. Nous impliquerons le public local à chaque fois que cela sera possible. Après tout, nos citoyens devront faire face à certaines restrictions pendant cette période. Notre président fédéral a récemment fait référence à Bonn en tant que capitale mondiale de la durabilité. Je suis confiant : notre ville sera à la hauteur de cette réputation », a-t-il conclu.

La ville de Bonn et toute la région entreprennent un certain nombre de mesures pour stimuler la durabilité. Par exemple, en plus d’un système de transport en commun déjà bien fonctionnel et intégré, la municipalité mettra à disposition des tramways et des autobus supplémentaires pour permettre l’accès à la COP. La Deutsche Bahn (la société des chemins de fer allemands), avec le financement de l’État de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, construit aussi un arrêt de train « Campus de l’ONU » à proximité du lieu de la conférence.

Afin d’atteindre l’objectif global de neutralité climatique, la quantité d’émissions de gaz à effet de serre générée dans le cadre de la conférence sera réduite dans la mesure du possible.

Les émissions inévitables, comme celles associées au voyage qui sont responsables de la majorité de l’empreinte globale, seront compensées, y compris par l’initiative Climate Neutral Now de l’ONU.

Rédaction
A propos Rédaction 1802 Articles
LEVERT.MA est un journal électronique marocain dont l’activité principale est la communication sur l’environnement et le développement durable avec un ancrage local et des perspectives mondiales...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*