La question migratoire nécessite des investissements dans le développement rural durable

Tout en misant sur les jeunes ruraux, la FAO se félicite du rapport du PAM sur les migrations

migratoire

La FAO a salué aujourd’hui le nouveau rapport diffusé par le Programme alimentaire mondial (PAM) sur la sécurité alimentaire, les conflits et les migrations internationales.

«Le rapport du PAM est une contribution majeure au débat et à l’analyse de certains des facteurs fondamentaux du phénomène migratoire, en particulier ceux liés aux conflits et à l’insécurité alimentaire», a déclaré M. Kostas Stamoulis, Sous-Directeur général de la FAO, Département économique et social.

Pour faire de la migration un choix plutôt qu’une nécessité, il faudrait créer des opportunités de subsistance alternatives et résilientes, selon M. Stamoulis.

«Alors que les trois quarts des personnes extrêmement pauvres et sous-alimentées du monde se trouvent dans les zones rurales, nous devrions tout naturellement accorder la priorité à la fois aux investissements dans le développement rural durable, à l’adaptation aux changements climatiques et à la résilience des moyens de subsistance ruraux», a souligné le chef du Département économique et social de la FAO.

Les migrations, soutenues par des politiques éclairées et perspicaces et gérées conformément aux principes des droits de l’homme, «sont un phénomène positif et enrichissant tant pour les migrants eux-mêmes que pour les communautés qui les accueillent et les pays d’origine».

Il est fondamental de s’attaquer aux causes du phénomène migratoire, notamment la faim, la pauvreté, les conflits et l’absence de possibilités de développement si l’on veut que les migrations se déroulent dans la sécurité, l’ordre et la régularité et permettent aux individus de vivre dignement conformément au Programme de développement durable à l’horizon 2030.

La FAO estime que toute réponse aux grands mouvements migratoires doit tenir compte du fait qu’une grande partie des migrants proviennent des zones rurales et qu’en conséquence toute contraction du secteur agricole pousse un nombre croissant de ruraux, en particulier les jeunes, à migrer vers les zones urbaines. Investir tout à la fois dans le développement rural durable, l’adaptation aux changements climatiques et la résilience des moyens de subsistance ruraux est un élément important de la réponse mondiale au défi migratoire actuel.

Source : FAO

Rédaction
A propos Rédaction 2225 Articles
LEVERT.MA est un journal électronique marocain dont l’activité principale est la communication sur l’environnement et le développement durable avec un ancrage local et des perspectives mondiales...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*