Réchauffement climatique : un tiers des villes hôtes des JO d’hiver ne pourraient plus les accueillir

PyeongChang, en Corée du Sud, où se tiennent en ce moment les JO
PyeongChang, en Corée du Sud, où se tiennent en ce moment les JO

Out Chamonix, Grenoble, Vancouver ou encore Sotchi. Sur les 19 villes qui ont déjà accueilli les Jeux d’hiver depuis 1924, huit ne seraient plus en capacité de le faire d’ici 2050 à cause du réchauffement climatique. PyeongChang, en Corée du Sud, où se tiennent en ce moment les JO, et Pékin qui les accueillera en 2022, sont également concernées. Ce qui interroge l’avenir de l’ensemble du secteur des sports d’hiver.

Le réchauffement climatique galopant, particulièrement dans les zones froides, pourrait encore aggraver la situation. Certes, ce n’est pas en Corée du Sud que le changement est pour l’heure le plus prégnant : on attend jusqu’à -12°C sur les pistes de Pyeongchang ce week-end – presque trop froid. Une situation qui masque la réalité des JO d’hiver de ces 20 dernières années : neige artificielle, réfrigération des patinoires et des pistes de bobsleigh… Les quatre dernières éditions (Salt Lake City, Turin, Vancouver et Sotchi) ont été disputées sous une température moyenne de… 7,8 degrés.

Les 500 canons à neige des jeux de Sotchi en Russie, il y a quatre ans, en avaient été la piteuse illustration, rendant les conditions de certaines épreuves très inconfortables voire dangereuses pour les athlètes, avec un mercure grimpant jusqu’à 16°C. En 2010 déjà, face aux pistes largement fondues de Vancouver au Canada, le président du CIO Jacques Rogge reconnaissait que « le réchauffement climatique pourrait, sur le long terme, affecter l’organisation des Jeux d’hiver, et serait définitivement un facteur à prendre en compte dans la préparation des JO ».

A 2°C, 40 % des stations alpines en faillite

Ces données reflètent la menace qui pèse plus globalement sur l’ensemble de l’économie de l’or blanc. Les experts tablent sur le fait que d’ici la fin du siècle, la neige ne tombera plus guère en dessous de 1 800 mètres d’altitude avec l’augmentation des températures. Les Alpes par exemple sont particulièrement vulnérables avec un réchauffement deux fois plus rapide que la moyenne en deux siècles.

Rédaction
A propos Rédaction 2475 Articles
LEVERT.MA est un journal électronique marocain dont l’activité principale est la communication sur l’environnement et le développement durable avec un ancrage local et des perspectives mondiales...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*