Riches et pauvres, tous concernés par le changement climatique

Éditorial d’Achim Steiner, Patricia Espinosa et Robert Glasser.

De Miami à Porto Rico, en passant par La Barbade et La Havane, les ravages de la saison des ouragans dans toute l’Amérique latine et les Caraïbes ont sonné comme un rappel du fait que les effets du changement climatique ne connaissent pas de frontières.

Ces dernières semaines, des ouragans de catégorie 5 ont réduit à néant la vie de millions de gens dans les Caraïbes et sur le continent américain. Harvey, Irma et Maria ont été particulièrement dévastateurs. Les 3,4 millions d’habitants de Porto Rico essaient par tous les moyens d’obtenir des produits de première nécessité, tels que de la nourriture et de l’eau. L’île de La Barbade est devenue inhabitable, et des dizaines de personnes sont portées disparues ou décédées sur l’île de la Dominique classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les conséquences ne se limitent pas à cette région. Le niveau record d’inondations enregistré au Bangladesh, en Inde et au Népal a affecté quelque 40 millions de personnes. Plus de 1 200 personnes ont péri et beaucoup d’autres ont perdu leurs maisons, leurs cultures ou leurs lieux de travail. Parallèlement, au cours des 18 derniers mois, 20 pays du continent africain ont déclaré l’état d’urgence à cause de la sécheresse, et d’importants déplacements ont été observés dans toute la région de la corne de l’Afrique.

Pour les pays les moins avancés, les conséquences des catastrophes naturelles peuvent être extrêmement dommageables, privant les habitants de moyens d’existence et retardant les progrès dans la santé et l’éducation. En ce qui concerne les pays développés et à revenu intermédiaire, les pertes économiques dues aux dégâts d’infrastructures seuls peuvent être énormes. Pour les deux catégories, ces évènements rappellent la nécessité d’agir face aux effets du changement climatique qui aggravent et multiplient la menace de catastrophe.

Un (inquiétant) signe avant-coureur ?

Les effets d’un climat plus chaud sur ces récents évènements climatiques, tant par leur sévérité que par leur fréquence, ont été révélateurs pour beaucoup, même pour la grande majorité qui accepte le fait scientifiquement reconnu que le réchauffement de la planète soit le fait de l’homme.

Si la mort prématurée de 4,2 millions de personnes par an à cause de la pollution due à l’utilisation de combustibles fossiles est relativement peu médiatisée, l’incidence des gaz à effet de serre sur les phénomènes météorologiques extrêmes, elle, fait l’objet d’une attention croissante.

Comment pourrait-il en être autrement quand les impacts de ces évènements météorologiques sont si conséquents ? Au cours des deux dernières années, plus de 40 millions de personnes – notamment dans les pays qui contribuent le moins au réchauffement climatique – ont été forcées d’abandonner leurs foyers, soit définitivement soit temporairement, à cause des catastrophes.

Un consensus se dégage clairement : la hausse des températures augmente la quantité de vapeur d’eau dans l’atmosphère, entrainant des précipitations plus intenses ou des inondations à certains endroits du globe, et des sécheresses à d’autres. Certaines zones subissent ces deux phénomènes, comme ce fut le cas cette année en Californie, où des inondations record ont succédé à des années d’intense sécheresse.

TOPEX/Poseidon, le premier satellite à mesurer avec précision l’élévation du niveau de la mer, avait été lancé deux semaines avant l’ouragan Andrew qui avait touché la côte de la Floride il y a 25 ans. Ses mesures ont observé une augmentation globale de 3,4 millimètres par an et depuis lors, un total de 85 millimètres sur 25 ans, ou 3,34 pouces.

La hausse du niveau de la mer et son réchauffement contribuent à l’intensité des tempêtes tropicales dans le monde. Nous continuerons à subir les conséquences anormales et souvent imprévues des niveaux existants de gaz à effet de serre dans l’atmosphère au cours des nombreuses années à venir.

En 2009, la Suisse a publié une étude de cas portant sur les comtés de Miami-Dade, Broward et Palm Beach, qui envisageait un scénario de montée du niveau de la mer pour les années 2030 correspondant à ce qui s’est déjà produit aujourd’hui. Si une tempête de l’ampleur d’Andrew avait frappé cette région nantie des États-Unis aujourd’hui, les dégâts économiques auraient varié entre 100 et 300 milliards de dollars EU. D’après les estimations actuelles, les pertes économiques liées à Harvey, Irma et Maria pourraient dépasser ces chiffres.

Réduction des risques de catastrophes maintenant, lutte contre les changements climatiques à long terme

Miami fait tout son possible pour développer son programme de protection contre les inondations ; 400 millions de dollars EU ont été alloués au financement de pompes à eau de mer, de routes améliorées et de digues. Cependant, ce niveau de dépense est hors de portée des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire qui risquent de perdre une bonne partie de leur PIB chaque fois qu’ils sont frappés par des inondations et des tempêtes.

Si l’Accord de Paris a mis le monde sur la voie d’un avenir faible en carbone à long terme, ce chemin n’en est pas moins hasardeux et reflète des réalités propres à chaque pays. Or, s’il est prévu que les émissions de dioxyde de carbone diminuent à mesure que les pays atteignent leurs cibles déclarées, les effets du changement climatique pourraient se faire sentir pendant un certain temps encore, ne laissant d’autre choix au monde que d’investir, simultanément, dans des efforts pour s’adapter au changement climatique et réduire le risque de catastrophe naturelle. Les avantages de telles actions se justifient sur le plan économique si on les compare au coût de reconstruction.

Ceci nécessitera une coopération internationale à une échelle jusqu’ici sans précédent, alors que nous nous attaquons à la tâche ardue de rendre notre planète plus résiliente face aux effets à retardement des émissions de gaz à effet de serre durant les prochaines années. La restauration de l’équilibre écologique entre les émissions et la capacité d’absorption naturelle de la planète est un objectif à long terme. Il est important de rappeler que la réduction à long terme des émissions est LA tactique de réduction des risques la plus importante dont nous disposons, et nous devons parvenir à cette ambition.

La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Bonn en novembre, et sera présidée par la petite île des Fidji, offre une opportunité non seulement d’accélérer la réduction des émissions, mais aussi de soutenir le travail sérieux consistant à s’assurer que la gestion du risque climatique soit incluse dans la gestion des risques de catastrophes dans son ensemble. La pauvreté, l’urbanisation rapide, la mauvaise utilisation de terres, la dégradation des écosystèmes et d’autres facteurs de risques accroissent les impacts du changement climatique. À l’occasion de la journée internationale de la prévention des catastrophes, nous demandons à ce que toutes les mesures possibles soient prises à cet égard.

Achim Steiner est l’Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement, www.undp.org

Patricia Espinosa est la Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements climatiques, www.unfccc.int 

Robert Glasser est le Représentant spécial du Secrétaire général pour la réduction des risques de catastrophe et le Chef du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, www.unisdr.org 

Houcine ABENKCER
A propos Houcine ABENKCER 453 Articles
Directeur de publication du journal électronique LeVert.ma

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*