Les bornes de recharge électrique au niveau du réseau autoroutier marocain c’est pour bientôt

véhicules électriques
véhicules électriques

Une convention relative à la mise en place des bornes de recharge électrique au niveau du réseau autoroutier marocain, a été signée, mardi à Marrakech, entre la Société nationale des Autoroutes du Maroc (ADM), l’Institut de Recherche en Energie solaire et Energies nouvelles (IRESEN) et le groupe « Schneider Electric », en marge de la 2ème édition de la Conférence Internationale sur la Mobilité Durable.

Cette convention, qui encadre la coopération entre les trois entités en matière de recherche dans le domaine de la mobilité électrique, porte notamment sur la mise en place du projet SIME (Services et Infrastructures pour la Mobilité Électrique).

Cet accord, qui prévoit la mise en place par le consortium (ADM/IRESEN/Schneider Electric) de 37 bornes de recharge pendant la phase pilote dans un objectif de l’élargir sur tout le réseau autoroutier marocain, permettra à l’ADM, avec l’appui et l’expertise de l’IRESEN, de concrétiser sa démarche en faveur de la mobilité électrique en installant ces bornes de recharge de manière accessible et visible, tout en sécurisant leurs installations et en participant aux activités en Recherche et Développement du projet SIME, qui seront développés par IRESEN.

En vertu de cet accord, ADM s’engagera à mettre en place des solutions technologiques et des pratiques de gestion qui maximisent les retombées économiques et sociales des investissements routiers, améliorer les trafics en vue d’une meilleure décarbonisation des routes et développer des solutions smart-grids pour mieux gérer les ressources électriques.

Ce projet, qui se veut le premier pas vers une concrétisation de la mobilité électrique au Maroc, verra la naissance d’une vitrine technologique, d’une homologation spécifique pour les bornes de recharge au Maroc et le développement d’un modèle de mobilité électrique pour le Royaume, qui comprendra notamment un cadre juridique et législatif.

A cette occasion, un autre accord-cadre portant sur le développement de recherche et d’innovation en matière de mobilité électrique et visant le développement de nouveaux produits qui seront inspirés de la technologie externe, a été signé entre l’ADM et l’IRESEN.

« Le transport représente un quart des émissions à effet de serre et le véhicule électrique se présente comme une alternative efficace et durable pour réduire la consommation de combustibles fossiles. Au Maroc, où l’on dénombre plus de de 3 millions de véhicules dont 58% sont au diesel, le remplacement du parc automobile peut permettre d’éviter l’émission de plus de 15 millions de tonnes équivalent CO2 par an », a souligné Anouar Benazzouz, directeur général de l’ADM.

Organisée par ADM en partenariat avec la Fédération routière internationale (IRF), sous le thème « Relever les défis de l’Afrique en matière de Transport Durable et Mobilité », cette 2ème édition a été une occasion pour débattre les défis auxquels fait face le continent Africain en matière d’adaptation, de mobilité durable et du financement des projets de maîtrise des émissions à gaz à effet de serre.

Zineb Abenkcer
A propos Zineb Abenkcer 352 Articles
Journaliste marocaine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*