Vidéo. Coalma et Lydec annoncent que le littoral Casablancais est dépollué

Coalma et Lydec annoncent que le littoral Casablancais serait dépollué à 100%
Coalma et Lydec annoncent que le littoral Casablancais serait dépollué à 100%

Avec ses 3500 km, le littoral constitue une de richesse naturelle mais aussi économique pour le Maroc. En effet, les côtes marocaines accueillent aujourd’hui 80% des industries du Royaume et 80% des activités touristiques. Toutefois, ce patrimoine naturel doit faire face à d’importantes dégradations.

Jean-Pascal Darriet, Directeur Général de Lydec et membre fondateur de la Coalition marocaine pour l’eau (Coalma), a rappelé lors d’une conférence sur le thème : «L’assainissement du littoral, enjeu du Grand Casablanca », que le littoral  doit faire face à d’importantes dégradations, du fait des déversements d’eaux usées industrielles et des effluents domestiques urbains, en plus des effets du changement climatique tel que l’élévation du niveau de la mer et l’érosion côtière.

Par ailleurs, le patron du délégataire Casablancais, Lydec, en charge de la distribution de l’eau et de l’électricité et des services de l’assainissement liquide et de l’éclairage public a souligné que la Capitale économique et ses 5,5 millions d’habitants, bénéficient d’un littoral  100%  dépollué grâce aux efforts fournis.

«La mise en service du Système Antipollution Est (Sap Est), inauguré par Sa majesté le Roi Mohammed VI en mai 2015, s’avère une contribution concrète à la préservation du littoral et des océans. Dimensionné pour une charge polluante équivalente à 5,5 millions d’habitants, sa construction reste à ce jour le plus important investissement jamais réalisé par Lydec, pour un montant de global de 1,45 milliards de dirhams. Collectant et traitant les eaux usées de l’ensemble du littoral Est du Grand Casablanca, soit plus de 24 km de côtés où sont concentrées plus de 80% des industries de la région, elle a permis, en complétant le dispositif Ouest déjà existant, d’assurer une dépollution de 100% du littoral casablancais», précise M. Darriet.

Pour Houria Tazi, présidente de la Coalma, il est urgent d’agir pour préserver les ressources hydriques «On ne peut plus attendre, on doit accélérer toutes les solutions à cause du changement climatique, Le Maroc est un pays semi aride voir aride. Imposer l’assainissement et s’organiser avec les industriels pour fédérer leurs efforts dans ce sens» affirme Mme Tazi.

Il est à noter également que Rajae CHAFIL, Directrice de l’observation, des études et de la planification au Secrétariat d’Etat chargé du développement durable a souligné l’importance de ces chantiers, s’inscrivant parfaitement dans la Stratégie Nationale de Développement Durable adoptée en mai 2017. En effet, la SNDD fixe dans son enjeu 5 dédié à la surveillance des territoires sensibles, un axe stratégique dédié à l’amélioration de la gestion durable du littoral.

Cette conférence s’inscrit dans le cadre de la Feuille de route 2018-2020 de la Coalma, qui a a initié un cycle de conférences – visites, visant à mobiliser les acteurs publics et privés en faveur d’une gestion durable de la ressource en eau et à valoriser les bonnes pratiques de ses membres. Chaque conférence permettra ainsi de présenter les enjeux, relatifs à une thématique de la gestion durable de la ressource en eau ainsi que les solutions concrètes mises en oeuvre par une des entreprises membres de Coalma dans ce domaine.

Rahif SADELLAH
A propos Rahif SADELLAH 74 Articles
Cofondateur et Journaliste LeVert.ma .

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*